dimanche 21 janvier 2007

Reconnaissons notre état

Quand le crocodile prend le contrôle, nous avons la sensation d’être notre colère, notre fatigue ou notre angoisse, et de ne plus être que cela. Nous sommes « associés » à notre émotion.

Première chose à faire pour piloter nos réactions internes : nous « dissocier » de notre réaction instinctive.

Notre crocodile a besoin d’être écouté. En prêtant attention à ce qui se passe en nous, nous permettons à la vapeur de s'échapper de la cocotte-minute. Les signaux qu’il envoie visent à nous faire réagir rapidement face à un danger : si nous ne répondons pas, la sonnerie va continuer à nous vriller les oreilles ou à nous prendre aux tripes.




0 commentaires:

Publier un commentaire