dimanche 6 août 2006

Tout va mal pour Nicolas

Nicolas rentre chez lui très abattu : aujourd'hui se terminait la période d’essai pour son nouveau poste, et son employeur ne souhaite par le garder. Cela tombe mal, car lui et sa copine ont décidé de se séparer et il va devoir déménager. De plus, brouillé avec sa mère, non seulement il n’a plus de salaire mais il ne sait pas où habiter dans quinze jours.

Comme d'habitude dans ce genre de situation, il cumule également les petits ennuis (chaussures à changer, téléphone portable en panne...). Tout s'effrite autour de lui !



Il n’y a pas de remède miracle : l’élément le plus puissant pour redresser une situation catastrophique, c’est notre engagement et notre ténacité face aux difficultés. Cette ténacité rassure ceux qui nous entourent et nous rassure nous-mêmes.



Nous avons besoin de renforcer et de consolider notre confiance en nous – à titre individuel et à titre collectif. Allons-nous faire face ? Tant que la réponse intuitive est oui, notre énergie est disponible. Dès que les doutes apparaissent, l’énergie s’évapore.



Dans toute situation, ce qui compte c’est d’avancer, obtenir des résultats tangibles, se sentir utile. Et peu importe si, au bout du compte, tout ne marche pas aussi bien que prévu. Rappelons-nous les éléments clés de la motivation : je sais qui je suis (points forts et points faibles), je sais où je vais (et pourquoi), je sais comment j’y vais (étapes intermédiaires et façon de gérer les obstacles). Cela donne une base concrète sur laquelle appuyer sa confiance.



La difficulté : comment y parvenir ?



A retrouver dans le livre au chapitre 8.
Voir également dans ce blog :
- Dans le feu de l'action
- Le plaisir de se laisser aller
- Les réflexes de base restent les mêmes
- Faisons un bilan précis de nos forces et de nos manques

- Accepter, agir : OK, qu’est-ce qu’on fait ?
- Cultivons un état d'esprit proactif
- Serein quoi qu’il arrive d’inattendu
- Cultiver la sérénité : quelques techniques...

- Courage et persévérance !  



0 commentaires:

Publier un commentaire