dimanche 18 mars 2007

Appuyons-nous sur nos points forts

Gilbert vient de divorcer et depuis 6 mois, il assume seul l’éducation de ses filles de 15 et 17 ans. Les deux sont en échec scolaire : l’aînée, titulaire du brevet des collèges, n’a pas poursuivi l’école après la seconde et s'est inscrite sans conviction aux cours d’une école hôtelière ; la seconde, ayant déjà redoublé deux fois, est mal partie. Les rapports père-filles oscillent entre mutisme absolu et réponses agressives à la moindre de ses questions. Gilbert est inquiet de cet état de fait. Son objectif premier est de remobiliser ses filles dans leurs études, quitte à leur faire changer de voie, puis de rétablir de bonnes relations avec elles.

Les difficultés rencontrées sont classiques : comment renouer le contact avec ses enfants, les motiver, renforcer le niveau d’exigence, mieux gérer les tensions et les conflits ? Sa vie n’est pas en jeu, celle de ses filles non plus. Il est simplement conscient que tous les trois peuvent faire beaucoup mieux que ce qu’ils faisaient jusqu’à présent et être plus heureux ensemble.

Le mode de fonctionnement de Gilbert est une combinaison de repli et de fuite. Nous l’avons aidé à renforcer sa confiance en ses capacités à prévoir, anticiper et arrondir les angles.

Par exemple, nous l’avons aidé à mettre en évidence ses succès professionnels : dans son travail, il n’a pas son pareil pour créer un climat harmonieux, et donc plus efficace. Alors, pourquoi pas chez lui ?

Peu à peu, il a observé à quel point ses enfants ont confiance en lui et dans la démarche qu’il est en train de mettre en œuvre. Cette dynamique lui a donné beaucoup d’énergie. Son crocodile, rasséréné, lui a mis de moins en moins de bâtons dans les roues.

Le dialogue se renoue avec ses filles, avec elles il rencontre des conseillers d’orientation et il s’est démené pour les aider à trouver des stages dans les domaines qui les attirent.




0 commentaires:

Publier un commentaire