dimanche 16 septembre 2007

Cessons de vouloir avoir raison

Patricia et Justine, responsables marketing dans un groupe de cosmétiques, travaillent fréquemment en binôme. Elles sont toutes deux responsables de la création d’un nouveau concept de crème antirides et doivent le présenter demain au patron de l’entité.

Avant de rentrer chez elle, Patricia regarde une dernière fois ses visuels…
« Justine, tu n’as pas inséré le tableau de prévision de ventes pour le 2e semestre !
- Tu m’avais dit que tu le faisais !
- Mais lorsqu’on en a parlé hier, on avait convenu que tu t’en chargeais puisque c'est toi qui as les chiffres.
- Non je ne suis pas d’accord, ce dont nous étions convenues, c’est…
- De toute façon, il faut absolument que tu l’insères avant de partir. Demain, on aura trop de choses à penser avec l’organisation de la réunion, le stress…
- Enfin, tu exagères ! Pourquoi ce serait à moi de le faire ?
- Parce que c’est toi qui as les chiffres !
- Oui, mais ce soir ce n'est pas possible ! »

Justine n’arrive pas dire à Patricia qu’il lui est très difficile de rester ce soir : elle a rendez-vous chez un spécialiste pour l’un de ses enfants; elle a mis longtemps à l’obtenir, il n’est pas possible de le reporter…
La tension continuera de monter jusqu'à ce que l'une des deux commence à écouter l'autre.

Le point gênant, c’est que cette attitude « avoir raison, donner tort » est immédiatement captée par le crocodile de notre interlocuteur : « il cherche à m’imposer sa solution ». Et qu’elle entraîne la mise en œuvre d’une réaction de défense, avec tous ses inconvénients !

Dans le cas de Patricia et Justine, le problème n’est pas « qui a raison, qui a tort », mais : comment procède-t-on pour réparer cet oubli ? Justine ne peut pas manquer son rendez-vous chez le médecin. En revanche elle peut emmener chez elle un ordinateur portable et les chiffres dont elle a besoin pour établir le tableau des prévisions, et le faire dans la soirée. Patricia pourra le relire le lendemain matin en arrivant et cela lui suffit.

Un bon moyen de s’en sortir : rester centré sur l’objectif.




0 commentaires:

Publier un commentaire